Le sport et le Plan Santé au Travail (PST)

L’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 19 juin 2013 affirme que la promotion de la santé et de la sécurité au travail et l’amélioration des conditions de travail constituent des leviers de performance pour l’entreprise.

En permettant d’élaborer des réponses communes aux attentes des salariés, des clients, et de l’entreprise, la démarche Qualité de Vie au Travail (QVT) fait clairement le lien entre l’amélioration des conditions de travail et la performance.

« 95 % des déclarations d’inaptitude physique se soldent aujourd’hui par un licenciement! » – Plan Santé au travail

sport-bien-etre-entreprises

Quel est le rôle du sport en entreprise pour une meilleure performance au travail ?

  • Sur le plan de la prévention des troubles physiques et psychiques: 95% des déclarations d’inaptitude physiques se soldent aujourd’hui par un licenciement. Par conséquent, le sport, de par son activité de renforcement musculaire, de rééquilibrage des chaines musculaires, mais aussi de prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS) participe activement à consolider le corps et prévenir des arrêts de travail. Le turn-over des salariés diminue d’autant.

Les troubles musculo-squelettiques, sont aujourd’hui les premières causes de maladie professionnelle (87%)

  • Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent un enjeu majeur : il s’agit de la première cause de maladie professionnelle (plus de 87 % des reconnaissances en 2014 pour le régime général). Leurs conséquences néfastes sur la santé produisent à terme des effets de sorties précoces de l’emploi qui ne sont que peu ou pas perçues à court terme par les salariés. Afin de prévenir l’usure professionnelle, il est nécessaire de favoriser, le plus en amont possible, l’action en prévention sur les situations de travail présentant des facteurs d’usure professionnelle, en mobilisant les salariés tant sur les postes de travail que sur l’organisation du travail. Le sport en entreprise participe à prévenir de l’usure professionnelle et de la pénibilité. Des échauffements à base de mouvements et d’exercices pratiqués au cours de séances de sport sont reproduits dans les entreprises. Ils permettent une usure prématurée moindre, un rééquilibrage et un renforcement des chaines musculaires et des articulations. Les troubles musculo-squelettiques, sont aujourd’hui les premières causes de maladie professionnelle et représentent un enjeu majeur (l’exposition aux risques chimiques représente la deuxième cause de maladies professionnelles reconnues).
  • Le sport en entreprise permet de prévenir les maladies cardio-vasculaires en lien avec l’activité (ou l’inactivité) professionnelle. Il permet de promouvoir un environnement de travail favorable à la santé, de faire un état des lieux sur le plan physique et de faire « tourner la machine ».
  • Le sport a un impact positif sur les enjeux de prévention auprès des nouvelles technologies. En effet, la sédentarité au travail est aujourd’hui un fléau (un écran+une position assise) ainsi que la dépendance aux écrans. La pratique sportive est un des rares moments de déconnexion aux écrans (ordinateurs, téléphones, tablettes..) et participe à retrouver un équilibre psychique de pleine conscience.

sport-bien-etre-entreprises

Le sport permet d’améliorer la qualité de vie au travail et crée du lien social

  • Le sport permet d’améliorer la qualité de vie au travail; il permet un équilibre physique (sédentarité au travail), psychique (déconnexion) et crée du lien social dans un environnement neutre. La qualité de vie au travail au travers du sport, placée au cœur des préoccupations stratégiques de l’entreprise et du dialogue social, est un levier de conciliation du bien-être au travail et de la performance de l’entreprise. Il permet de valoriser le travail en l’inscrivant dans une dynamique d’amélioration conjointe du bien-être et de la performance, tout en mettant en évidence les facteurs de progrès.
  • Le contexte de vieillissement de la population active, nécessite une bonne santé et une augmentation de l’espérance de vie en bonne santé. La question de l’usure professionnelle (usure physiologique, psychologique et cognitive) liée à l’exposition prolongée à des facteurs de risques professionnels, à des conditions de travail pénibles ou à des organisations de travail inadéquates, représente un défi qu’accentue le vieillissement de la population active.  La pratique sportive atténue les conséquences en termes de restrictions d’aptitude ou d’inaptitude et de fréquence des maladies chroniques évolutives notamment en lien avec la sédentarité croissante.

sport-bien-etre-entreprises

La culture de prévention peut s’appuyer sur un changement d’approche de la prévention

  • Le sport permet de s’approprier la culture de prévention: le « faire pour apprendre » permet de mieux assimiler la prévention et « d’entretenir son véhicule ». Cela permet d’entretenir son corps, libérer son esprit, ou apprendre à réguler son stress. Cette culture peut notamment s’appuyer sur un changement d’approche de la prévention, mettant l’accent sur ses retombées positives, tant en termes d’amélioration du bien-être que de performance de l’entreprise. Il s’agit ici de démontrer que les investissements dans le sport en tant qu’outil de prévention et de sécurité au travail sont rentables en accordant la priorité à la prévention plutôt qu’à la réparation.
  • Comme le soulignent les conclusions du « Rapport Mettling » de septembre 2015 sur la transformation numérique et la qualité de vie au travail, le développement du numérique au travail peut être un levier de développement de la qualité de vie au travail mais également un facteur d’accroissement des risques psychosociaux (RPS-TMS). Une prise en compte accrue de cet enjeu est nécessaire afin de veiller aux conditions d’usage du numérique. La pratique douce ou sportive permet de redonner du sens au travail mais aussi de réguler l’impact des outils numériques sur la sédentarité et le stress. A ce titre le sport en entreprise participe grandement à la déconnexion le temps d’une séance. Il permet grâce à des pratiques sportives douces (travail sur la respiration..) d’apprendre à contrôler le stress au travail et prendre confiance en soi.

groupe qui saute modifié PP

Le sport en entreprise permet d’accroître la performance économique et sociale de l’entreprise

Mettre en place du sport en entreprise est un investissement rentable et peu coûteux en rapport des avantages qu’il apporte à l’entreprise. Son rayon d’action est si important, qu’aucun outil ne permet de l’égaler. Diminution du stress, augmentation de la QVT, amélioration du lien social, prévention des TMS et des RPS, amélioration du physique et de la confiance en soi, diminution des arrêts de travail et du turn-over. La performance sociale et économique est au rendez-vous (+9 % de gains de productivité, diminution de l’absentéisme et jusqu’à 14% de rentabilité – étude Goodwill pour le Medef).

En conclusion, le sport en entreprise permet de promouvoir un environnement de travail favorable. Il constitue un levier de santé, de maintien à l’emploi des travailleurs mais aussi de performance économique et sociale de l’entreprise.